Un pas vers les puces miniatures intelligentes

Résultat scientifique
Micro et nanotechnologies

Des chercheurs de l’Unité mixte de physique CNRS/Thales et du Centre de nanosciences et de nanotechnologies (C2N, CNRS/Université Paris-Sud), en collaboration avec des scientifiques japonais, ont développé un nouveau type de nano-neurone sensoriel. Il utilise cette fois1 les propriétés du superparamagnétisme2 pour mimer au mieux les propriétés des parties sensorielles du système nerveux.

  • 1. Communiqué de presse « Le premier nano-neurone capable de reconnaissance vocale voit le jour » (19 septembre 2017)
  • 2. Nano-aimants qui, par leurs petites tailles, présentent un caractère instable et aléatoire

Les chercheurs se sont inspirés des assemblées de neurones, capables de propager un apprentissage à une population plus vaste lorsqu’une tâche leur est apprise. Les fonctions une fois implémentées permettent, par exemple, aux nano-neurones de décoder et, s’il le fallait, de reproduire des lettres cursives. Une innovation dans le domaine des nanotechnologies qui puise son inspiration dans les neurosciences en imitant les stratégies utilisées par les cortex visuel et moteur. À terme, les chercheurs projettent d’assembler, en collaboration avec d’autres laboratoires, plusieurs types de nano-neurones et nano-synapses afin de créer un seul et même réseau neuromorphique.

Un futur système nerveux artificiel qui impliquerait pour l’équipe d’élaborer des réseaux de plus en plus complexes regroupant les fonctions sensorielles (vue, toucher, etc.) en utilisant moins d’énergie que les actuels ordinateurs. 

© UMR de Physique CNRS/Thales – C2N

 

Références :

Neural-like computing with populations of superparamagnetic basis functions 
A. Mizraahi, T. Hirtzlin, A. Fukushima, H. Kubota, S. Yuasa, J. Grollier et D. Querlioz 
Nature Communications, 18 avril 2018
DOI: 10.1038/s41467-018-03963-w

Contact

Communication INSIS
Damien Querlioz
Chercheur en microélectronique
Julie Grollier
Chercheuse